Aujourd’hui, je vais retourner voir les chutes, mais côté Argentine. C’est en fait de ce côté qu’on a les plus beaux points de vue, et beaucoup plus de passages aménagés qui côtoient les différentes chutes.
Je vais passer la journée avec un petit groupe (Un couple de Français, un couple de Belges et un Allemand). Au départ, nous sommes accompagnés par Evelina, une brésilienne de plus de 60 ans qui parle 7 langues et nous raconte plein d’histoires sur la région et sur sa famille implantée là depuis de nombreuses générations.

Nous nous arrêtons à un endroit d’où l’on voit nettement la séparation entre les 3 pays, le Brésil, l’Argentine et le Paraguay, séparés par les rivières Parana et Iguaçu qui se rejoignent à cet endroit.

Une fois dans le « Parque Nacional Iguazu », on prend une grosse jeep pour aller vers les chutes. On descend au bord de la rivière par de beaux petits chemins aménagés, et là on embarque sur un bateau qui va nous emmener au plus près des chutes. Le temps d’enfiler nos bouées de sauvetage, de mettre nos affaires dans des sacs étanches et le bateau démarre poussé par ses énormes moteurs pour une aventure inoubliable… Le bateau remonte le courant, passe les premiers rapides, fait quelques tours pour permettre de prendre des photos, puis affronte les remous provoqués par les chutes… Là, c’est vraiment impressionnant, on est seulement à quelques mètres de cette énorme masse d’eau qui s’écrase dans un vacarme assourdissant, on ne voit plus rien, le bateau avance encore, on reçoit des paquets d’eau,
montée d’adrénaline, cris des filles, c’est le délire !...
Puis le bateau fait demi-tour, on est trempés, un peu soulagés… Le capitaine demande si on veut retourner une seconde fois, et sans attendre nos réponses, nous voilà à nouveau dans les remous et les tourbillons et cette fois j’ai bien cru qu’on allait prendre les chutes sur le crâne, tellement on était proche !

On rentre au port, heureux de cette expérience…heureusement nos affaires dans les sacs étanches sont au sec et nos vêtements mouillés vont vite sécher, car il fait très chaud.

Une fois remis de nos émotions, on prend des sentiers au milieu de la forêt qui nous emmènent à de super points de vue sur les différentes chutes. Il y a des passages aménagés qui permettent tantôt d’être en contrebas des chutes, tantôt de les admirer en les surplombant. On prend ensuite un petit train qui va nous emmener à une passerelle d’où l’on peut admirer « La Gorge du Diable » distante d’à peine quelques dizaines de mètres. C’est la chute la plus importante, c’est un éblouissement ! C’est tellement impressionnant qu’on a du mal à s’en détacher…
On redescend au bord de la rivière pour prendre un bateau qui nous emmène sur une île d’où l’on a un des plus beaux points de vue sur les chutes. De l’autre côté de l’île, il y a sur les arbres des dizaines de condors.

J’ai pris en photo quelques lézards, des papillons qui à certains endroits étaient regroupés par dizaines, et également un coati et un tatu.
Igua_u1_247
Le bateau qui nous a emmené sous les chutes
Igua_u2_042
Les chutes San Martin, Mbigua et Bernabe Mendez
Igua_u2_080
La masse d'eau qui se déverse dans la "Gorge du Diable"